La CILIP et ses nouveaux services aux adhérents

cilip1-logo-2016-03-15

Je ne dirais pas que le secteur associatif professionnel va mal au sens où l’investissement des individus est en réalité de plus en plus fort. Mais le paysage est très éclaté

autour d’une diversification, internationalisation et/ou spécialisation des formes associatives (1).

Les associations les plus anciennes et les plus « lourdes » en terme de fonctionnement pâtissent de cette situation puisqu’une des conséquence directe de cette diversité  est une diminution du nombre d’adhérents. Mais les associations bougent et innovent.

Prenons le terrain associatif britannique que nous avions déjà évoqué en 2013 : il était question alors du changement du nom de la CILIP (ici) qui malgré une baisse de ces adhérents (voir chiffres Wikipedia) revendique toutefois 13,470 adhérents en 2014. Regardons aujourd’hui ce que propose la CILIP.L’étude de la CILIP à travers son organisation et son offre exposés sur le site, montre des particularités (culturelles) et de profonds changements. Bien sûr il n’est pas question de  transposer en France ces pratiques, mais plus simplement de montrer le champ des possibles.

Notons tout de suite deux éléments qui paraissent importants à avoir en tête au préalable : une logique de certification et de qualification (et non exclusivement de diplômes) pour accompagner le développement professionnel continu(1), une capacité d’évolution par transformation interne (2) et une capacité à travailler avec des structures partenaires spécialisées.

Sur ce dernier aspect, je note par exemple des partenariats (officialisés voire labellisés) avec des organismes de formation pour étendre l’offre de formation sans s’aliéner des ressources, et un fonctionnement interne avec des communautés fortes comme le « UK eInformation« , un « secteur » dédié depuis 30 ans (1978) au numérique.

Deux orientations fortes : développement professionnel continu associé à un environnement d’apprentissage virtuel

Les changements visibles depuis 2014 s’appuient sur 2 orientations qui me paraissent structurantes :

Mot-clé 1 : Développement professionnel continu (Continuing Professional Development – CPD).

Cela rentre dans l’optique de la « formation tout au long de la vie ». Cet axe permet de centrer toutes les activités autour de l’individu au sein d’un collectif. Il s’agit dès lors de permettre aux professionnels  d’évaluer leurs compétences et de piloter des actions individualisées d’apprentissage que l’on pourrait qualifier d’« opportunistes » : en fonction des besoins.
=> les stages inter-entreprises ont disparu et l’offre s’axe sur des formations intra-entreprise sur les lieux de travail.
Plus de catalogue ou de stages programmés 16 mois à l’avance mais une liste de « sujets de formations/apprentissages»  soit au niveau de la CILIP (sans date) soit au niveau du secteur  « UK eInformation » axées sur les évolutions « numériques » et toutes très courtes. On peut parler de catalogue « ouvert » (sans date) uniquement sur support numérique autour de grands domaines adapté à la mission de la CILIP : Management du service; Description bibliographique et classification ; Droits et licences;  Management de l’information et bibliothèques ; (Compétences en) Marketing ; (Compétences en)  Recherche ; (Compétences en) Apprentissage et enseignement;  (Compétences en) Internet et Web ; Travailler avec des enfants et des jeunes.
La CILIP valorise donc soit des actions choisies dans le cadre du développement individuel des compétences, soit des formations intra-entreprises en situation professionnelle (« nouveaux» =Introduction to Statistics).
=> la durée des actions proposées est beaucoup plus courte (granularité) et leur format est très varié : « workshop », « webinars (un exemple) » ; « Y In a Day« , des  « Quick training » de UK eInformation – 1 jour (autre exemple sur la gouvernance et les risques) ou encore mentorat.
=> les prix sont adaptés à ce modèle : un jour à £180 (=230 euros) pour les adhérents (+20% pour les non-adhérents).
=> mais si ces actions ont des formats très variés, elles suivent néanmoins les règles de l’art des actions de formation ou plutôt des « opportunités d’apprendre »(2011), terme aujourd’hui consacré pour les descriptions d’action visant le développement de compétences sans ce que cela se limite à des stages traditionnels. Chaque action est aussi reliée au référentiel de compétence (voir plus loin) facilitant la gestion d’un portfolio de compétence. Par exemple :
UKeiG Training: Search usability: filters and facets, Tony Russell-Rose

This course supports the following elements of CILIP’s PKSB:

1. Organising knowledge and information: 1.3 Classification schemes and taxonomies
3. Using and exploiting knowledge and information: 3.2 Understanding information seeking behaviour
Le calendrier et la communication rapide de ces opportunités d’apprendre deviennent des pièces maîtresse du dispositif.

Mot-clé 2 : VLE – Virtual Learning environment

Cilip VLE

La CILIP – tenant compte aussi de contraintes financières – prend acte de l’évolution des pratiques des professionnels sur le terrain, et opte pour une vie associative structurée autour d’un site  (sous Drupal) enrichi par un « espace d’apprentissage virtuel ».

=> cet espace permet aux adhérents de se constituer leur portfolio, et de sélectionner des « ressources » : formations (correspondant à  des transferts des formations proposées en intra), mais aussi publications (la CILIP est un gros éditeur via la structure Facet publishing) ou des ressources et services en carrière et emplois,…
Portfolio
 Cilip Portfolio VLE

Deux outils dédiés : un référentiel de compétences et une boîte à outil visant à montrer son professionnalisme

Ce dispositif de développement des compétences s’appuie sur deux outils dédiés :

1. Le PKSB = Professional Knowledge and Skills Base. Un référentiel des compétences

PKSB = Professional Knowledge and Skills Base
La liste des compétences-clés (3)

2. Un outil de gestion de développement personnel (Impact Toolkit)

Impact Toolkit est une boîte à outil (ressources en particulier processus et outil d’évaluation, services, mise en relation,…) pour soutenir les adhérents dans leur démarche de développement professionnel. Ce kit intégré à l’espace numérique (VLE), est associé à un portfolio.

Impact Toolkit - Cilip

Pour conclure

Ce (très) rapide exposé s’est centré sur le dispositif politique, fonctionnel et technique en montrant les changements les plus visibles. Mais le dispositif mis en place, s’il offre une place centrale à l’individu – un adhérent autonome et mobile, il  n’occulte toutefois pas le versant social et humain très présent – l’individu est toujours lié aux groupes (sectoriels ou locaux) et la partie visible du site se centre sur les évènements  (dans un calendrier certes classique mais pratique). et le plan stratégique 2016-2020 pointe la nécessité de réinvestir les groupes (=secteurs) et les réseaux (« We need to acknowledge & invest in our Special Interest Groups & Member Networks »).
Il restera à suivre l’impact de ce nouveau dispositif …

———–

(1) Citons : ARMA (for records and information managers) ou IRMS au Royaume-Uni; AIIM (Ass. for Information and Image Management), SCIP (Strategic and Competitive Intelligence Prof.) ou encore les associations dans un domaine/discipline comme la musique (IAML), le droit, l’IST, la santé … Notons que l’Aslib , créée en 1924, a évolué vers un organisme dédié à l’évolution professionnel via la formation et l’édition (Esmerald)…

(2) Evolution des associations professionnelles

Si de nombreux articles sont régulièrement publiés, en particulier lors des « anniversaires« , il existe toutefois peu de travaux et très peu de publications dans ce domaine des associations professionnelles en InfoDoc. La lecture de cet ouvrage « Collaboration in International Comparative Librarianship » (2013) pourrait apporter des éléments intéressant à l’étude des associations – au moins sur la partie « LIS » – mais où se trouve-t-il en France ?

(3) PKSB = Professional Knowledge and Skills Base

http://www.cilip.org.uk/jobs-careers/professional-knowledge-skills-base/what-professional-knowledge-skills-base

  • Expertises professionnelles
    • Organisation des Connaissances & de l’Information (Organising Knowledge & Information)
    • Gestion des Connaissances et de l’information (Knowledge & Information Management)
    • Utilisation et exploitation des Connaissances et des informations (Using & Exploiting Knowledge & Information)
    • Compétences en recherche d’information (Research Skills)
    • Gouvernance d’information & conformité  (Information Governance & Compliance)
    • Gestion des documents d’activités et Archivage (Records Management & Archiving)
    • Développement et management de collections (Collection Management & Development)
    • 
Littéracie & Formation (Literacies & Learning)
  • Compétences génériques

    • Direction & Promotion (Leadership & Advocacy)
    • Stratégie, Planification & Management (Strategy Planning & Management)
    • Client, Centre d’intérêt, Conception de service & Marketing (Customer, Focus, Service Design & Marketing)
    • TICE (IT & Communication).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s