Le phénomène des MOOCs s’intensifie

School of the Air

80 ans après le début de la formation distance via la radio (1930 au USA et Radio Sorbonne en 1947) et 30 ans après le début de l’apprentissage via des écrans (le Minitel !), voici venue la conjugaison des deux : les MOOC (Massive Open Courses) ou si vous préférez en français :  CLOM (Cours en ligne ouverts & massifs) des canadiens, et les COPTs, les Cours Ouverts Pour Tous (the best) de Jean-Michel Salaun.

« Le terme [les MOOC] désignait à l’origine des cours basés sur l’apprentissage collaboratif ; désormais il désigne également des cours reposant sur un tout autre modèle pédagogique. Il y a par exemple une différence notable entre un cours de programmation de Udacity reposant sur l’évaluation automatisée, et un cours où ce sont les participants qui apportent ressources pédagogiques, suggestions et expertise ». http://sticef.univ-lemans.fr/num/vol2012/13r-cisel/sticef_2012_cisel_13r.htm. Lire la suite

Pour qui n’est pas statisticiens, chercher à comprendre les résultats d’une étude statistique biomédicale ou d’un sondage entendu à la radio, paraît une entreprise hasardeuse d’où l’on sort bien souvent troublé ou perplexe, voire inquiet ou désabusé. Non pas tant de ce que l’on a appris et qui bouleverse nos certitudes, mais plutôt parce que cela enflamme nos interrogations : a-t-on vraiment « bien » compris ? que fallait-il comprendre ? mais qui a vraiment dit çà ? ….  On finit même par se détourner de cette source de connaissances … Il n’y a que les sûrs d’eux ou les inconscients qui partent ravis… parfois avec une compréhension partielle voire partiale …. J’ai d’excellents souvenirs des débuts de la bibliométrie dans nos secteurs et de la réception des (premières) infographies… [1]

La culture de la donnée, voilà donc la question sur laquelle deux groupes ont planché en juin 2013 guidés par Amandine Brugière de la Fing [2]. Une production collective très intéressante sur le fond (les domaines de compétences et des compétences appropriées) et sur la forme cartographique.

Lire la suite

Y a-t-il des compétences « data » spécifiques ?