Le « curator » nouveau est arrivé !

Le curator et la curation ont traversé la Manche ou plutôt l’Atlantique de façon nette depuis un an pour faire l’objet de très nombreux billets et même un imposant dossier de 01netPro  – Le Guide de la curation, en 4 parties :  les concepts, les pratiques, les outils, les cas d’usage...

L’arrivée de plateformes dédiées à l’activité ainsi nommée donne du poids à ce qui ne semble pas être uniquement un phénomène de mode. Le nombre d’offres d’emploi outre-atlantique renforce cette impression.

Mais puisqu’il y est question de : surveiller des sources et ressources, de trier le bon grain de l’ivraie, de les organiser ou plus souvent de les mettre en forme pour les partager….j’oserais même dire que c’est une activité naturelle aujourd’hui !

Bien sûr, journaliste, veilleur, documentaliste,…. y vont de leurs billets d’humeur : ce serait du réchauffé.

Je pense tout simplement qu’aujourd’hui une très grande majorité des citoyens, quelles que soient leurs activités doivent :

  • surveiller des sources,
  • (lire et) choisir parmi des (flots de) ressources,
  • traiter l’information,
  • la mettre en forme pour la partager,
  • voire parfois organiser et gérer certaines ressources…
  • le tout via l’outil devenu universel : l’ordinateur (ou l’écran en réseau).

Il paraît même que nous sommes dans la société des travailleurs de la connaissance !

Déjà en 1994 et 1995, avec Chantal Faure, nous pointions les similitudes et divergences entre les activités des documentalistes et celles des chargés d’étude (marketing, de veille,…) d’une part et des secrétaires/assistantes d’autre part. Les activités documentaires étaient déjà présentes dans différentes professions et pouvaient prendre un poids important. Elles s’étendent aujourd’hui à des pans entiers de la société y compris dans les tâches de tous les jours (lire à ce sujet l’ouvrage de A.Tricot et N.Boubée sur Qu’est-ce que rechercher de l’information).

A l’époque nous remarquions beaucoup de similitudes quant aux traitements ou outils utilisés ainsi qu’aux processus. Les différences les plus marquantes portaient sur les missions et le rapport aux « publics ». Ce qui bien sûr conduit à des pratiques différentes.

Mais tout comme un commercial est un commercial, qu’il vende un Airbus ou un vélo, aux USA un curator est un curator à partir du moment où il effectue ces différentes tâches : surveiller, filtrer et traiter « avec soin » (d’où le terme curator qui vient du latin curare qui signifie « prendre soin de »), organiser et gérer, reformater, partager-diffuser-communiquer, avec des pondérations différentes suivant le contexte.

La langue anglaise n’hésite pas à utiliser un générique (ici curator/curation) complété par des qualificatifs : les web et digital curators, les content curators, les curators des musées que l’on connaît en France sous la dénomination de commissaire d’exposition, mais aussi les curators/librarian ou les biocurators (qui ont leur association internationale), les visual resources curators (dès 2002), …

Alors qu’ont en commun tous ces curators : ils prennent soin de quelque chose qui ne leur appartient pas (articles ou billets, tableaux, données biomédicales,…), qu’ils trouvent par  un travail d’investigation, de sélection puis qu’ils contextualisent avant de partager/mettre à disposition.

Il ne faudrait pas penser que les professionnels de l’infodoc ne prennent pas soin de leurs données ! mais par rapport à un traitement bibliographique ou documentaire « traditionnels », les traitements réalisés par les curators visent à mettre en relief plutôt que de tout aplanir par des règles de description qui homogénéisent l’information et reportent sur l’utilisateur la charge de « mise en relief ». En fonction de votre environnement (missionnaire bénévole du web ou scientifique dans un laboratoire biomédical), cette valeur ajoutée sera de nature différente et les règles plus ou moins formelles : la sélection d’information circulant sur le web au grès des sujets d’actualité, ou l’annotation experte d’une information biomédicale s’appuyant sur des terminologies expertes, la sélection d’un artiste méconnu, …

Dans le monde du web (avec moins de contraintes que dans l’entreprise), le curator est le curieux qui aime partager. Bertrand Duperrin pose la question du risque d »institutionnalisation » de ce curator (du web) s’il était présent en entreprise. Ses explications (et la vision du veilleur qui en ressort) me fait dire que le veilleur s’est encrouté dans certaines entreprises pris aux mailles des filets de la « gouvernance » et du « management », au point qu’effectivement il faille créer un tel « curator » pour faire le travail du veilleur d’avant ;-).

Aux US, aucune distinction n’est proposée (à ce jour) entre les « professionnels » de la curation, ceux dont c’est le métier (comme le commissaire d’exposition ou les librairian ou archivist/curators), et ceux qui le feraient pour la curiosité ou le plaisir et parce qu’ils aiment partager. Mais faut-il une terminologie distincte ? On dit bien que vous faites l’électricien quand vous refaites l’électricité chez vous ou chez le voisin…

Le problème en langue française c’est que nous n’avons pas conservé de terme générique pour cette activité (ou fonction?), somme toute assez usuelle, de « prendre soin ». « Traiteur/Traitement » ne met pas franchement en valeur la sélection (quoi qu’un bon traiteur est celui qui sait choisir les produits de base), veilleur/veille ne valorise que l’amont (mais se rapproche le plus de curator), documentaliste est une profession et non une activité, gestionnaire ne rend pas justice au travail ni en amont ni en aval de partage, …

Alors des idées ?

Mais si ce terme ne perdurait pas, ou au moins pas sous cette forme, cela aurait le mérite d’ouvrir d’autres pistes pour la formations de l’honnête homme ou femme d’aujourd’hui … formations qui ne devraient pas se limiter à la « recherche » (dans un catalogue) !

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 


 

Publicités

Une réflexion sur “Le « curator » nouveau est arrivé !

  1. Pingback: Le « curator nouveau est arrivé ! ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s